Les scientifiques jouent-ils aux dés ?

« La science n’a pas de limites », « certaines grandes découvertes se font sous la douche », « il faut toujours faire confiance aux experts » ou encore « les scientifiques sont des hommes très intelligents et socialement inadaptés ». Voilà quelques idées reçues qu’on croirait tout droit sorties du café du commerce.

On les retrouve toutes, ainsi que d’autres tout aussi gratinées dans le livre « Les scientifiques jouent-ils aux dés ? » publié aux éditions du Cavalier Bleu. Lecture indispensable moins pour se distraire du temps exécrable que pour bousculer sa propre vision des sciences. Et oui, même si vous êtes un habitué des magazines de vulgarisation et autres blogs de sciences, vous trouverez sans aucun doute un ou plusieurs passages qui viendront bousculer votre vision des choses.

En quatre grands chapitres et avec de judicieuses citations de chercheurs, humoristes, penseurs ou héros de séries (The Big Bang Theory, The Simpsons…), l’ouvrage démystifie les sciences et techniques et souligne leurs rapports étroits avec la société.

« Vous allez sur la lune mais vous pouvez pas empêcher mes chaussettes de sentir mauvais ? » Homer Simpson

L’approche est d’autant plus intéressante que ce recueil est le fruit de scientifiques de formation. Les 10 auteurs (1), membres du groupe Traces (voir nos portraits) ont fait ce pas de côté qui consiste à observer les sciences et techniques par le biais des sciences humaines et sociales. Beaucoup d’entre eux sont médiateurs, blogueurs, « communicants » de la science. Leurs écrits s’en ressentent, qui sont simples et pleins de bon sens, loin de certains dogmes « parfois véhiculés par les scientifiques eux-mêmes » indique Bastien Lelu, coordinateur du projet.

Son acolyte Richard-Emmanuel Eastes précise : « nous avons souhaité avoir une approche critique de la science, dans le bon sens du terme, la désacraliser, montrer qu’elle ne dévoile pas d’hypothétiques lois qui régiraient l’univers par exemple, tout en incitant sur la robustesse de ce qu’elle produit ».

Les chercheurs, souvent moqués et comparés à des professeurs Tournesol (dans le meilleur des cas) sont remis à une place qui leur sied mieux, celle d’humains qui font leur travail, avec humilité et passion. Un point est également fait sur le processus de création par la science, trop peu connu et plutôt rigide et codifié, avec ses publications relues par les scientifiques eux-mêmes et publiées dans les revues à comité de lecture.

Image de prévisualisation YouTube

Un processus aux antipodes de la construction de ce livre, voulu dès le départ comme un processus collectif. « Nous aurions pu penser uniquement des séminaires, des réunions de travail sur ce sujet, nous aurions également pu l’écrire seulement Bastien et moi mais le résultat n’aurait pas été le même » avoue Richard-Emmanuel Eastes. Et pour cause, ce projet de livre, ainsi que celui du manifeste Révoluscience dont Mélodie et Antoine ont déjà parlé dans nos colonnes (1, 2 et 3), ont nourri les réflexions du groupe Traces et accompagné sa mise en place, dès l’été 2008. « A l’époque, nous nous voyions toutes les semaines au moins une demi-journée pour une séance de réflexion » se souvient Bastien Lelu. Les années 2008 et 2009 seront ainsi rythmées par des séances où chaque membre exposait ses lectures ou ses expériences sur la médiation des sciences, les science studies, la philosophie des sciences.

Les deux coordinateurs en ont alors profité pour collecter « en vrac » des énoncés possibles d’idées reçues sur la science, les « débroussailler » et les classer pour arriver dès fin 2009 avec un plan du futur ouvrage. Puis ils ont distribué le travail aux auteurs selon leurs affinités et… ont relu et corrigé le résultat. Un vrai travail d’équipe pour un résultat à mettre entre toutes les mains.

Note

  1. Parmi les 10 auteurs, un grand nombre est présent sur Knowtex : Antoine Blanchard, Richard-Emmanuel Eastes, Mélodie Faury, Édouard Kleinpeter, Bastien Lelu, Nicolas Loubet, Matteo Merzagora, Hélène Monfeuillard, Livio Riboli-Sasco, Claire Truffinet

4 réflexions au sujet de « Les scientifiques jouent-ils aux dés ? »

  1. La citation correcte d’Homer Simpson est
    « Comme ça, vous êtes une savante, hein ? Vous allez sur la lune mais vous pouvez pas empêcher mes chaussettes de schlinguer.  » ( http://www.simpsonspark.com/scripts/s6/2f06.php )

    Les auteurs auraient-il modifié le texte par crainte du léger relent de misogynie qui émane de cette phrase, qui de plus est une affirmation et non une question ?

    Il semblerait que non. Ils ont probablement repris la citation sous une forme qui circule sur le web, sans la vérifier… et ça suffit à me faire hésiter à acheter le livre …

  2. Merci pour ton oeil de lynx Dr. Goulu ! Je découvre par là même le site « The Simpson Park ». Sympa.
    Pour me faire « l’avocat du diable », la modification de la citation ne change pas énormément le sens de la phrase d’Homer, même si la misogynie n’apparaît plus. Mais je suis d’accord avec toi, une telle erreur est préjudiciable pour l’ensemble d’un livre… Je te remercie de l’avoir pointé (et d’avoir également pointé… le bout de ton nez sur mon blog) ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>