McKean, Fructus, Manchu : les artistes des Utopiales

Arrivée à Nantes mercredi après-midi, j’ai juste le temps de photographier le Château des Ducs de Bretagne avant de rejoindre la Cité des Congrès de Nantes qui ouvre ses portes aux visiteurs du festival en fin de journée. J’ai profité de ce premier soir pour jeter un œil aux expositions des Utopiales. Voici quelques résumés, avant peut-être de parler plus longuement de chaque artiste / expo dans de futurs billets.

Amazing Science

Pour cette exposition, l’Inserm et le CEA se sont réapproprié l’esthétique des pulps, ces magazines de SF très populaires au Etats-Unis durant la première moitié du XXème siècle. Chaque affiche était complétée par un petit texte de l’auteur de science-fiction Claude Ecken. Je vous laisse découvrir cette expo dans le Musée virtuel de l’Inserm.

Dave McKean

Florilège des oeuvres de l’artiste Dave Mc Kean. Sa présentation dans le programme des Utopiales parle d’elle-même : Graphiste génial et protéiforme, artiste aux talents illimités, de la musique à la peinture, en passant par le cinéma, nombreux sont ceux qui se demandent où s’arrêtent ses champs de compétences. Né en 1963 en Angleterre, Dave McKean, après un passage par les Beaux-Arts qui ne le détournent pas de son amour pour la bande dessinée, rencontre Neil Gaiman avec qui il va construire ses chefs d’œuvres successifs comme Violents Cases, Signal to Noise ou Cages. D’autres suivront. De MirrorMask, son premier long métrage à Batman : Arkam Asylum, McKean impose son style reconnaissable entre tous, un style fait de collage et de mauvais traitements, pour nous conduire sous la pluie dans les recoins sombres de l’âme humaine. En nous montrant à quoi ressemble le chemin d’un artiste épris de liberté et de rock n’roll.

Nicolas Fructus

Nicolas est l’artiste qui a conçu l’affiche du festival (à l’ordinateur, sans esquisse préalable). Lors d’une des conférences, il indique avoir souhaité « faire un cadavre exquis qui ait un sens une fois tous les éléments mis en place ». Sa série de quinze tableaux photographiques plutôt dérangeants, « Mémoire des mondes troubles » est inspirée des univers lovecraftiens. Nicolas Fructus a monté et retouché des collections de plaques de verre, photos anonymes de la fin du 19ème siècle. « Pour cette exposition, j’ai récolté des plaques photographiques, esquissé les créatures puis créé une histoire pour les lier ensemble ». Nicolas Fructus travaille actuellement sur l’illustration d’un jeu et a déjà accumulé plus de… 500 visuels.

Manchu

Cette exposition présente une partie des œuvres de Philippe Bouchet, ou Manchu, créées pour Ciel et Espace. Qui est Manchu me direz-vous ? « Manchu se passionne très jeune pour le dessin, la conquête spatiale et la SF. Après un détour par le dessin animé (Ulysse 31), il devient très vite l’illustrateur phare des plus illustres collections de science-fiction, de Robert Laffont à Denoël en passant par le Livre de Poche. Manchu ajoute à ses talents d’illustrateur – il décroche le Grand Prix de l’Imaginaire en 2001 – un souci de réalisme permanent ».

Dernière planète avant Legoland

Il s’agit, d’après le programme, de la première exposition de science-fiction en briques LEGO (de langue française), créée par des AFOLS (« Adult fans of Lego ») fans de SF. Joli travail ! :)

>> Plus d’informations : (voir mon premier article et retrouver les photos sur mon compte Flickr)
>> Illustrations : affiche des Utopiales, photos de Marion Sabourdy sauf Nicolas Fructus par T.Lilly,

2 réflexions au sujet de « McKean, Fructus, Manchu : les artistes des Utopiales »

  1. Ping : Les Utopiales jour #3 | ScientiFictions

  2. Ping : SF, utopie et voyages extraordinaires à la Maison d’Ailleurs | Pixel & Brontosaure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>